La FIDES adresse un manifeste à tous les candidats à l'élection pésidentielle de 2017

 

 

 

MANIFESTE 2017 POUR L’EMPLOI DES 45+

 

Durant le quinquennat qui se termine un certain nombre d’actions ont été mises en œuvre pour l’emploi des plus de 50 ans (50+), malheureusement sans effet significatif.

 

·         Le « Contrat de Génération », orienté principalement vers les jeunes avec maintien en emploi des 50+, au début, amendé ensuite, après intervention de la FIDES, pour prendre en compte, également, le recrutement des 50+. Cette mesure n’a pas fonctionnée car elle était basée sur un recrutement en CDI alors que 84% des embauches se  font en CDD.

 

  • Le « Plan Emploi Seniors » mis en place par François Rebsamen lorsqu’il était Ministre de l’Emploi qui n’a pas été suivi de façon satisfaisante
  • Le « CICE » et le « Pacte de Responsabilité » dont on pouvait espérer des retombées sur l’emploi des 50+ n’ont, à ce jour, générés qu’un nombre limité d’emplois

 

Il en découle une situation extrêmement négative pour les 50+ qui constituent toujours la grande masse du chômage de longue durée (62%)*, avec le caractère aggravant d’une durée moyenne de 540 jours !

 

Le nombre de demandeurs d’emploi de 50+ en catégorie A, a explosé +47% entre 2012 et 2016 (606.800 en juin 2012, 893.000 en septembre 2016)*.

 

Toutes catégories confondues (A,B,C) on passe de 876 .200 en juin 2012 à 1.310.000 en septembre 2016*.Heureusement le chômage des <25 ans baisse (Catégorie  -7% sur un an)

 

Le chômage des 50+ ne baisse pas ! Il n’y a qu’un ralentissement de sa croissance, +2,4% en 2016 (année mobile) versus +8,4% en 2015 !* Les associations, membres de la FIDES, constatent malheureusement tous les jours que les salariés, cadres et non cadres, sont ostracisés dès la mi-carrière à 45 ans, et ce pour de mauvaises raisons !

 

Comme cela a été démontré pour d'autres nations Européennes, le sous-emploi forcé des 45+ pénalise significativement le PIB et les comptes de la Nation. Leur force de travail et leur expérience, pourtant reconnues, fait cruellement défaut à la compétitivité des entreprises françaises.

 

Face à cette situation la FIDES demande aux candidats à la Présidence de la République de s’engager à minima sur une liste de 8 priorités pour améliorer significativement l’emploi des 45+.

 

 

Huit Priorités pour l’Emploi des 45+

 

1-       Lancer un plan National de Communication ambitieux

 

2-       Reconnaitre le rôle de partenaire des Associations de 45+ en recherche d’emploi

 

3-       Rendre obligatoire le bilan de mi-carrière et la formation continue pour les 45+

 

4-       Accompagner spécifiquement les 45+ licenciés

 

5-       Favoriser la transmission des savoirs

 

6-       Faciliter l’employabilité des 45+ dans les entreprises

 

7-       Eviter la paupérisation des futures générations de retraités

 

8-       Créer un Observatoire National de l’Emploi des 45+

 

.* il serait plus pertinent de considérer le chômage des 45+ mais nous n’avons pas les données sous forme globalisée

 

Les huit Priorités pour l’Emploi des 45+

 

 

 

1-     Lancer un plan National de Communication ambitieux

 

Lancer un Plan National de Communication, sur l’emploi des 45+, élaboré en concertation avec la FIDES. Ce Plan devra avoir pour objectifs :

 

    • de modifier en profondeur et durablement les mentalités vis-à-vis des salariés 45+ en poste

 

o   de changer les comportements et de lever les nombreux freins puissants à l’embauche des 45+ en recherche d’emploi

 

Pour être efficace, cette communication devra s’inscrire impérativement dans la durée comme cela a été fait pour d’autres causes nationales

 

2-     Reconnaitre le rôle de partenaire des Associations de 45+ en recherche d’emploi

 

·      Sur le plan national la FIDES a vocation à être l’interlocuteur systématique des organismes travaillant où réfléchissant à la question de l’emploi des 45+

 

·      Au niveau des bassins d’emploi, en région, les Associations de 45+ en recherche d’emploi doivent être reconnues comme les interlocuteurs privilégiés de ces mêmes acteurs et organismes, particulièrement de Pole Emploi avec une Délégation de Service Public

 

3-     Rendre obligatoire le bilan de mi-carrière et la formation continue pour les 45+

 

·      A partir de 45 ans on doit être considéré comme prioritaire pour l’obtention de formation au même titre que d’autres populations en grande difficulté.

 

·      Dans le cadre de la formation tout au long de la vie et d’un bilan à mi-carrière, à 45 ans, on veillera dans les orientations proposées à prendre en compte l’évolution des métiers, l’émergence de nouveaux métiers pour partie liée au développement du numérique.

 

4-     Accompagner spécifiquement les 45+ licenciés

 

Mettre en place un système d’outplacement obligatoire en cas de licenciement de 45+. Ce système :

 

o   ne doit pas peser financièrement sur les entreprises afin de ne pas risquer d’effets pervers induits comme, en leur temps, ceux de la contribution Delalande, qui perdurent encore aujourd’hui !

 

o   doit être mis en œuvre dès le début de la période de préavis, par des Conseillers en Insertion Professionnelle formés à l’approche de cette population

 

o   Cet outplacement constituera, entre autres, une opportunité pour sensibiliser les 45+ à la création et/où à la reprise d’entreprises et devra favoriser la création de groupes intergénérationnels fonctionnant dans une optique de « binômat ».


5-     Favoriser la transmission des savoirs

 

·      Aider à la transmission des savoirs et des savoirs faire en entreprise par le mentorat.

 

·      Adapter, faciliter et raccourcir le processus d’obtention de la VAE.

 

o   Nous proposons une certification des compétences par des professionnels du métier et non par un diplôme universitaire.

 

6-     Faciliter l’employabilité des 45+ dans les entreprises

 

Alléger les contraintes pesant sur les entreprises :

 

o   développer tous les modes de flexibilité de l’emploi y compris le temps partiel pour fin de carrière progressive

 

o   encourager certaines formes de dispositifs comme l’essaimage, les dispositifs de délégation de compétence aux pme, le temps partagé, etc.

 

7-     Eviter la paupérisation des futures générations de retraités

 

L’emploi des 45+ est déterminant dans le montant de la retraite perçue, élément clé dans la redistribution que les seniors peuvent faire, en tant que pivot, vers les plus jeunes et les plus âgés.

 

Nous demandons le maintien du pouvoir d’achat des retraités, dans la durée.

 

8-     Créer un Observatoire National de l’Emploi des 45+

 

La FIDES est membre d’AGE PLATFORM EUROPE. La FIDES représente ses propres membres ; Associations, en régions, de 45+ en recherche d’emploi. La FIDES , légitime à défendre l’emploi des 45+ devra être membre de plein droit de cet Observatoire et systématiquement associée aux travaux et décisions.

 

Ses missions principales seraient les suivantes :

 

1.    PROMOUVOIR : créer et maintenir les conditions pour que le taux d’emploi des 45+, en France devienne et reste l’un des meilleurs en Europe.

 

o   Répertorier les meilleures pratiques RH et sociales de la RSE, notamment à l’international, les promouvoir largement (cf.ci-après) et aider à leur mise en œuvre.

 

o   Concevoir et porter des actions de communication et de valorisation ad’hoc

 

o   Concevoir et faire évoluer le bilan de mi-carrière en s’inspirant des meilleures pratiques ci-dessus

 

2.    MESURER : sélectionner, concevoir, et suivre une batterie d’indicateurs pertinents, préalablement agrées en s’appuyant notamment sur les chiffres publiés par l’ l’INSEE, la DARES et Pole Emploi

 

3.    PROPOSER / ALERTER : être consulté par le ministre du travail préalablement à toute décision et assurer une cohérence des mesures interministérielles entrant dans  son champ d’action.